La dpression est devenue un enjeu de sant publique. Mme si la prise en charge a bnfici de nombreux progrs, certains patients sont en chec de traitement. Depuis peu, une alternative prometteuse existe : la stimulation magntique transcranienne. Pouvant tre pratique sans hospitalisation, elle bnficie depuis peu d'outils lui offrant une meilleure efficacit.
Quand la psychothrapie et les antidpresseurs s'avrent inefficaces, les lectrochocs peuvent tre envisags. Mais une solution moins lourde apparat aujourd'hui : la stimulation magntique transcranienne.
Les dpressions rsistantes aux traitements

Selon une enqute ralise en 2005 par l'Institut national de prvention et d'ducation en sant (Inpes) 1, 8 % des Franais de 15 75 ans (soit prs de 3 millions de personnes) ont vcu une dpression au cours des douze derniers mois. Et 19 % des Franais de 15 75 ans (soit prs de 8 millions) ont vcu ou vivront une dpression au cours de leur vie. Si elle touche plus souvent les femmes (deux fois plus), elle peut nanmoins frapper sans distinction d'ge, de classe sociale ou de sexe.
Sa prise en charge repose sur des psychothrapies et traitements mdicamenteux (antidpresseurs). Mais quand cette prise en charge ne suffit pas, les mdecins disposent de peu d'alternatives : changer de mdicaments, les associer, recourir aux sismothrapies (plus connues sous le nom d'lectrochocs), la stimulation du nerf vague (qui reste controverse) ou la stimulation crbrale profonde, qui reste du domaine exprimental.
Rcemment, une nouvelle piste est apparue : la stimulation magntique transcranienne (ou TMS pour Transcranial Magnetic Stimulation) 2 avec une efficacit de 30 50 % sur ces dpressions rsistantes.
L'apport de la stimulation magntique transcranienne

Comme le ferait une stimulation crbrale classique, la stimulation magntique transcranienne permet de stimuler des zones du cerveau prcises, en vitant le caractre invasif (pas besoin d'opration). Comment ? En appliquant travers le crne une impulsion magntique sur le cerveau, grce une bobine place la surface de la tte. "Les champs magntiques crs induisent alors un champ lectrique qui modifie l'activit des neurones situs proximit. L'utilisation la plus courante est la stimulation rptitive dite rTMS : on stimule une zone prcise pendant un intervalle de temps donn, de manire modifier sensiblement l'activit de la rgion vise" prcise Pierre Hellier, charg de recherche l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) 3,4.
Pour cette application, la zone stimuler est le cortex prfrontal dorsolatral gauche. Cette cible a t choisie aprs que des tudes en neuro-imagerie aient montr une baisse de son activit chez des patients dprims, et que des tudes chez l'animal aient montr qu'une stimulation magntique de cette zone entranait la libration de dopamine, une substance chimique implique dans le dsir, la sensation de plaisir, etc. Comment la localiser avec prcision ? La technique la plus courante consiste reprer la zone dont la stimulation par TMS entrane une contraction du pouce et mesurer 5 cm avec un mtre de couturier vers l'avant du crne pour cibler la zone recherche 5. On comprend aisment que cette mthode empirique manque un peu de prcision "Ce qui est regrettable sachant qu'on sait aujourd'hui que la prcision du positionnement conditionne le succs de la thrapeutique 6. L'enjeu tait donc de pouvoir offrir un systme de neuronavigation, sorte de GPS ddi au cerveau" avoue Pierre Hellier.
La TMS plus efficace et plus prcise grce un systme de neuronavigation

Aujourd'hui, l'imagerie mdicale nous permet d'avoir un aperu trs prcis de l'activit crbrale. Pourquoi ne pas se servir des atouts de l' IRM pour mieux positionner la TMS ? Pour des patients dpressifs, les sances quotidiennes l'hpital (dix au minimum) et la ncessit de recourir un cadre strotaxique (on fixe un cadre sur la tte des patients afin de l'immobiliser) rendaient la prise en charge inadapte Impliqu dans des systmes de neuronavigation applique la chirurgie neurologique 7, Pierre Hellier a mis au point un systme ddi la TMS qui peut tre utilis en routine.
Concrtement, le patient passe une IRM durant laquelle la zone stimuler est clairement identifie par un neuroanatomiste. Ensuite, pendant les sessions de stimulation, une camra binoculaire permet de suivre en temps rel et en 3D, un bandeau fix sur la tte du patient et la bobine de stimulation. Six points caractristiques sont reprs sur l'IRM du patient et sur son crne. Ces points permettent de mettre en correspondance les deux repres. "Tout comme un systme GPS, la camra binoculaire (le satellite) permet de suivre la bobine (la voiture) et d'en afficher la position sur l'imagerie IRM de rfrence (la carte routire). Au final, on est capable de cibler avec prcision une zone de 2 cm 2, ce qui avec la mthode du mtre de couturier tait absolument impossible" prcise Pierre Hellier. Dans le cadre d'un partenariat avec l'Inria, le systme est commercialis par la socit Syneika, qui a obtenu pour son neuronavigateur le marquage CE. Malgr son cot important, plusieurs hpitaux en sont dj quips.
L'aventure scientifique n'est pas termine pour autant. Aujourd'hui, Pierre Hellier travaille la mise au point d'un systme de neuronavigation base sur des atlas d'imagerie crbrale. "On dispose aujourd'hui d'atlas anatomiques s'appuyant sur de trs nombreuses donnes d'imagerie. L'ide serait ainsi de trouver parmi cette base de donnes, celles qui correspondent le mieux l'anatomie du patient afin de dterminer la zone stimuler. L'ide est de faire ainsi l'conomie de l'IRM" prcise Pierre Hellier. D'autres questions restent cependant en suspens. Malgr une efficacit dmontre, le mcanisme d'action de la TMS reste en grande partie mconnu. Pour mieux les comprendre, les chercheurs en imagerie, en information et en mdecine devront travailler ensemble. Leurs dcouvertes permettront d'en savoir plus sur le cerveau, l'un des derniers mystres de notre organisme.
Sources :
1- La dpression en France - Enqute Anadep 2005
2 - La stimulation magntique transcranienne (TMS) a t utilise dans le cadre d'tudes pour prendre en charge la
migraine, les troubles obsessionnels compulsifs, les hallucinations lies la schizophrnie
3- Les Comptoirs de l'Inria- Interview de Pierre Hellier, le 6 avril 2011
4 - Le champ magntique dlivr par la bobine a une porte de 2 cm. La zone stimule est donc relativement superficielle, en moyenne 1,6 cm en profondeur du cuir chevelu.
5 - Psychopathologie et neurosciences : Questions actuelles de neurosciences cognitives et affectives de Emmanuel Streel, Salvatore Campanella, Collectif et Henrique Sequeira- Editions De Boeck- 384 pages- 32,50
6 - The effects of repetitive transcranial magnetic stimulation in the treatment of depression. - Fitzgerald PB, Daskalakis ZJ - Expert Rev Med Devices. 2011 Jan;8(1):85-95. (
abstract accessible en ligne)
7- Les outils de neuronavigation 3D temps rel mis au point par des chercheurs de
l'quipe-projet VisAGeS commune l'INRIA et l'INSERM, et des psychiatres du CHS Guillaume Rgnier de Rennes, constituent l'tape initiale qui a permis la concrtisation de cet outil spcialement ddi la TMS.