BULLE IMMOBILIÈREEn Suède, il faut 140 ans en moyenne pour rembourser son prêt immobilier.
En Suède, il faut 140 ans en moyenne pour rembourser son prêt immobilier.
latribune.fr | 30/05/2014
Le gouverneur de la banque de Suède propose de réduire la durée d'endettement immobilier des ménages suédois... qui dépasse leur espérance de vie.
SUR LE MÊME SUJET
La Suède sous la menace d'une crise immobilière ?
Suède : du modèle au paradoxe social
Suède : pour le FMI, 140 ans pour rembourser son prêt immobilier, c'est trop
140 ans : c'est la durée moyenne de remboursement d'un prêt immobilier en Suède

Inquiet, le gouverneur de la Banque de Suède Stefan Ingves a plaidé mercredi pour interdire aux banques d'accorder des prêts immobiliers que les emprunteurs n'auront pas assez d'une vie pour rembourser, un cas spécifique à la Suède. "Il serait naturel d'instaurer une obligation d'amortir les prêts hypothécaires", a estimé Stefan Ingves lors d'un discours à Stockholm. Amortir un prêt signifie de prévoir un échéancier de remboursement qui permette à l'emprunteur de se défaire de sa dette en un temps raisonnable.

Une obligation de remboursement des prêts "évidente"
En Suède, il est en effet très fréquent que le remboursement se fasse à un rythme si lent qu'il s'étale théoriquement sur une durée beaucoup plus longue que l'espérance de vie de l'emprunteur : il faut 140 ans en moyenne pour rembourser son prêt immobilier, selon le FMI ! Et l'endettement des ménages devrait atteindre 177% du revenu disponible d'ici à 2015. Obliger les emprunteurs à rembourser leur prêt avant la fin de leur vie "serait raisonnable", indique Stefan Ingves. Une telle obligation est d'ailleurs "considérée comme évidente dans beaucoup d'endroits dans le monde", a-t-il également souligné.

Au législateur de décider la régulation
Toutefois, la décision finale n'appartient pas à la banque centrale suédoise, mais au législateur, éventuellement sur proposition du gouvernement. Celui-ci est incité à aller plus loin en matière de régulation.

Ainsi en octobre dernier, le régulateur bancaire qui conseille l'exécutif sur ces questions avait recommandé de prendre des mesures incitant les banques à proposer plutôt des emprunts remboursables à une échéance raisonnable, sans interdiction.

La Suède critiquée par le FMI
La Suède a par ailleurs déjà été critiquée par le Fonds monétaire international pour cette particularité de son système financier, qui fait que la grande majorité des emprunteurs immobiliers sont voués à mourir endettés.

Stefan Ingves a illustré mercredi cette particularité par des chiffres. "En Suède, environ 40% [des emprunteurs] n'amortissent pas du tout. Et parmi ceux qui le font, plus de 40% le font d'une manière telle qu'il leur faudra 50 ans ou plus pour ne plus être endettés", a-t-il souligné. "Nous savons qu'il n'est pas inhabituel pour des ménages d'avoir des ratios de dette de 600% (du revenu annuel disponible ndlr), par exemple dans le centre de Stockholm", a-t-il ajouté.