Bachelier de 2014, fraudeur des Temps Modernes ? Les jeunes n'ont jamais manqué de créativité pour déjouer les examens et il faut dire que la haute technologie les aide bien : smartphones, oreillettes, trousses infrarouges... Cette année, un objet a tout particulièrement retenu l'attention de la Maison des Examens :la montre connectée.

Mardi 17 juin, le directeur de la Maison des Examens, Vincent Goudet, a envoyé un fax aux établissements faisant passer le baccalauréat, les alertant que ces montres étaient "susceptibles d'être utilisées de manière frauduleuse", a rapporté le site Arrêt sur images ce jeudi.

En effet, les montres font désormais office d'appareil photo miniature, de téléphone portable ou encore de boîte mail... Autant de fonctionnalités qui peuvent s'avérer fort utiles en cas de "trou" durant un examen. Véritables petits smartphones, elles passent parfois incognito au poignet des élèves. Certaines sociétés, comme la société croate 24Kupi, font même de la triche leur fond de commerce, avec un slogan évocateur : "Buy Cheating Watches for Easy Studying" ("Achetez les montres tricheuses pour étudier facilement").

La Maison des Examens a illustré son fax de photos de modèles de montres connectées afin de permettre aux enseignants-surveillants de les reconnaître. Comme Arrêt sur images, on notera que ces images ne seront pas d'une grande aide pour les surveillants, au vu de la qualité de leur définition.

En attendant le bilan des fraudeurs du bac édition 2014, quelle solution envisager ? L'an dernier, selon "De Standaard", une université belge a tout simplement interdit le port des montres durant les examens.



Nouvelobs