Les relations de coopération entre l'Algérie et le Royaume-Uni sont déjà "très" fortes" et ont des perspectives "prometteuses", a affirmé hier à Alger Mme Alderman Fiona Woolf, Lord Maire de la City de Londres. Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une rencontre avec la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, Alderman Fiona Woolf s'est félicitée des relations de coopération bilatérale "qui sont déjà très fortes et qui ont des perspectives prometteuses, notamment dans le domaine des enseignements primaire, secondaire et universitaire".

Elle a rappelé, à l'occasion, le programme de coopération existant entre les deux parties dans le domaine de l'enseignement de la langue anglaise, notamment à travers l'accueil, chaque année, de centaines de doctorants algériens dans les universités britanniques pendant les cinq prochaines années.

Abordant le British Council (organisme international du Royaume-Uni pour les opportunités d'éducation et les relations culturelles), la responsable britannique s'est réjouie de la reprise d'activité de cette institution en Algérie à partir de septembre prochain en faveur d'une coopération "plus accrue" dans l'enseignement de l'anglais.

Pour sa part, Mme Benghebrit a indiqué que l'objectif de son secteur, en sus des programmes de coopération existants avec le partenaire britannique est de "renforcer cette coopération sur la base des nouvelles opportunités qui s'offrent aujourd'hui aux deux parties".

"Nous sommes persuadés qu' à l'avenir, il y aura encore un renforcement plus important de cette coopération et que l'enseignement de la langue anglaise doit être extrêmement important", a affirmé la ministre.

Par ailleurs, la responsable a indiqué que ces visites effectuées en Algérie sont toujours importantes eu égard aux nombreuses opportunités d'investissement qui se présentent aux hommes d'affaires britanniques, dans différents secteurs, et aux perspectives de développement.
"Il est toujours intéressant de se rendre en Algérie.

Les Britanniques ont pour objectif de saisir toutes les opportunités que présente ce marché émergent tant dans le domaine de l'énergie que dans ceux de l'éducation, de l'industrie et de la santé", a indiqué la maire de la Cité de Londres. "Cette visite contribuera à développer des relations bilatérales déjà solides permettant aux deux pays de relever les défis, de saisir les opportunités et de travailler pour un avenir prospère", a-t-elle ajouté, précisant que la rencontre avec le ministre des Finances a permis de passer en revue l'état de la coopération et de prendre des mesures qui faciliteront davantage les investissements du Royaume-Uni en Algérie.

"L'Algérie est un grand marché de l'énergie mais nous œuvrons a étendre notre partenariat à d'autres secteurs (...) les compagnies britanniques devront saisir les opportunités d'investissement en Algérie d'autant que le cadre général s'y prête en Algérie où nous avons perçu une volonté d'aller de l'avant pour développer un partenariat durable avec la Grande-Bretagne", a affirmé Mme Woolf.

Le ministre des Finances a, quant à lui, affirmé que "les entretiens avec la partie britannique ont concerné les aspects liés à l'imposition, la protection des investissements et le renforcement des services financiers en Algérie". Au cours de son séjour en Algérie, Mme Alderman Fiona Woolf sera reçue par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal et par plusieurs ministres dont ceux de l'Education nationale et de la Santé.

Mme. Alderman Fiona Woolf est arrivée samedi à Alger pour une visite de trois jours. Elle est accompagnée par Lord Risby, l'envoyé du Premier ministre pour le partenariat économique avec l'Algérie et par une délégation d'entreprises britanniques qui comprend : Mayer Brown, Citibank, Clifford Chance, Reuters et Shell.


Le Maghreb 16 . 06 . 2014