LAlgrie nest pas une terre accueillante pour les immigrs subsahariens. Selon le dernier rapport du Dpartement dtat des tats-Unis sur le trafic de personnes, lAlgrie est un pays de transit et dans une moindre mesure une destination des femmes victimes de travail forc et de trafic de sexe . LAlgrie est galement devenue un pays o des femmes sont forces la prostitution. Gnralement les Subsahariens entrent en Algrie volontairement mais illgalement dans le but de rejoindre lEurope. Certaines femmes se retrouvent obliges de se prostituer, de faire des travaux domestiques ou de mendier , dnonce le rapport.

Les hommes sont souvent rduits lesclavage. Certains hommes, principalement des Maliens sont des travailleurs domestiques forcs et les propritaires confisquent souvent leurs papiers didentit, une mthode commune de coercition , ajoute le rapport. Et lorsque les immigrs clandestins sont originaires de pays anglophones, ils sont particulirement vulnrables au travail forc et au trafic du sexe en Algrie, principalement en raison de barrires linguistiques , toujours selon le rapport.

Plus inquitant, les enfants ne sont pas pargns. Des femmes et des enfants sont obligs de se prostituer dans les bars et les bordels informels Tamanrasset et Alger ; les trafiquants sont gnralement de la mme nationalit que les victimes . Et plus grave encore, ajoute le rapport, des femmes et des enfants algriens sont galement contraints la prostitution en Algrie . Des membres de la socit civile estiment que lAlgrie est en train de devenir une destination pour la migration clandestine et le trafic des personnes , insiste le rapport amricain, en pointant du doigt le gouvernement algrien qui ne se conforme pas entirement aux normes pour llimination de la traite des personnes et ne fournit pas assez defforts dans ce sens.

Le rapport affirme que les autorits algriennes ne fournissent pas defforts pour enquter, poursuivre et condamner les auteurs de ces trafics . Elles continuent de confondre traite de personnes et contrebande. Par consquent, les victimes sont traites comme des criminels ou des immigrants illgaux, souvent soumis une arrestation, la dtention et lexpulsion. Aucune protection des victimes nest disponible. Le gouvernement sous-estime et nie lexistence du trafic alors que des preuves de la socit civile et dautres entits sont l pour dire le contraire , dplore le rapport qui recommande notamment lAlgrie denquter, de poursuivre et condamner les personnes responsables de ce genre de trafic , de crer des centres destins aux migrants et de faire la diffrence entre les contrebandiers et les victimes de la traite des personnes.

Le rapport dplore aussi le peu defforts fournis par lAlgrie pour lutter contre la traite des personnes et la protection des victimes. Pour cette anne encore, aucune condamnation contre des trafiquants de personnes na t prononce par la justice algrienne , prcise le rapport.

En Algrie, les victimes de la traite de personnes sont livres elles mmes, selon le rapport. Il ny a aucun centre destin aux victimes de trafic de personnes, et les organisations de la socit civile ont t interdites de crer des centres , numre le Dpartement dtat, en soulignant que les responsables algriens continuent de nier que la traite des personnes existe en Algrie .

TSA algerie