Un martyr (Ahmad Arafat Sabirin), une centaine de Palestiniens arrts dont des dputs et anciens ministres de lAutorit Palestinienne et des responsables politiques dorganisations de la rsistance (Hamas et Jihad islamique), une province entire (al-Khalil) place sous rgime militaire, des villages et bourgs encercls, bombardements sur Gaza, blinds, chars et hlicoptres et plus de 10.000 militaires sous la direction de leur chef en action dans la province, fermeture de toutes les issues et les routes, cest le bilan de laction de loccupant sioniste depuis le jeudi soir, aprs lannonce de la disparition de trois colons rservistes de larme aux abords de la colonie Gush Atzion.

Lhystrie des militaires na rien envier celle des colons civils , quils soient au pouvoir ou dans lopposition, quils vivent dans les territoires occups en 1948 ou en 1967. Des appels aux meurtres ( un Palestinien par jour jusquau retour des colons disparus lancent les hordes coloniales sur Facebook) ou aux enlvements denfants palestiniens, des agressions commises sur des citoyens palestiniens un peu partout en Cisjordanie ou dans la ville dal-Quds, la multiplication des incursions dans la mosque al-Aqsa sous la direction des dputs et des rabbins. Ainsi, lentit coloniale se dresse toute entire pour exprimer sa soif de tuer et de soumettre le peuple palestinien, cause de la disparition de trois colons en Cisjordanie occupe.

Lhystrie meurtrire actuelle de loccupant nest pas sans rappeler celle qui la frapp en dcembre 1992 lorsquil a expuls 427 dirigeants et cadres de la rsistance palestinienne (Hamas et Jihad islamique) vers le Liban, ou celle qui sest empar de lui aprs la victoire du mouvement Hamas aux lections lgislatives en 2006, lorsquil sest dchan contre ce mouvement en arrtant ses dputs et cadres. Netanyahu a accus dabord le prsident Abbas qui daprs lui, serait responsable de ces disparitions parce quil a form un gouvernement dunion nationale suite la rconciliation opre avec le Hamas. Et depuis dimanche, laccusation vise le mouvement Hamas, aprs avoir accus pendant ces deux derniers jours un mouvement terroriste , esprant que la communaut internationale le considre comme une victime du terrorisme islamiste .

Lhystrie meurtrire qui a frapp lentit coloniale nest pas tant due la disparition des colons qu lincapacit de retrouver le moindre fil conduisant lexpliquer, alors quelle se considre la super-puissance des renseignements scuritaires dans le monde et la plante. Le dchanement hystrique est d la faille des services scuritaires de loccupant qui, trois jours et quatre nuits aprs ces disparitions, ne savent mme pas sils sont morts ou vivants, sils sont en Cisjordanie, dans la province dal-Khalil, ou ailleurs, sils ont t enlevs comme ils laffirment ou non, alors quils ont mme profan les cimetires dans leurs recherches, sans parler des centaines de maisons fouilles et des milliers de Palestiniens terroriss.

En face, les Palestiniens jubilent. Ils ne savent pas sils sagit dune opration denlvement des colons pour les changer contre les prisonniers, mais ils lesprent. Ils refusent daider loccupant : ils ont effac les bandes enregistres des camras places dans la ville dal-Khalil pour que loccupant ne puisse pas sen servir, les mdias palestiniens ont lanc des appels demandant tous dviter de trop parler ou dchanger des renseignements, mmes futiles, sur les rseaux sociaux, qui sont dailleurs surveills par les services scuritaires de loccupant, comme ils ont demand la prudence quant reprendre les versions prsentes par les mdias sionistes, ceux-ci dpendant des appareils scuritaires. Plusieurs dclarations manant de ces services soulignent dailleurs que les excutants ont compris et assimil leurs mthodes de travail et quils ont russi viter les multiples obstacles de loccupant. Dans les camps palestiniens de Ramallah et dal-Khalil, les jeunes rsistent et affrontent larme doccupation, refusant la soumission lordre colonial et jusqu prsent, aucune organisation militaire de la rsistance na revendiqu quoi que ce soit, bien que plusieurs dclarations aient salu tout acte pouvant conduire la libration des prisonniers.

Alors que loccupant recherche ses brebis , les Palestiniens poursuivent leur mobilisation en soutien aux prisonniers, et notamment des dtenus administratifs qui entament aujourdhui leur 54me jour de grve de la faim (Ayman Ibteich mne depuis 105 jours une grve de la faim contre sa dtention administrative). Lhystrie meurtrire de loccupant les a, encore une fois, convaincus que la lutte des prisonniers pour labolition de la dtention administrative et pour la libration et la dignit, demeure prioritaire pour le mouvement national, et que malgr les lois criminelles (refus dchanger tout prisonnier et alimentation force des grvistes de la faim) que loccupant a pris et risque de prendre, rien nempchera leur libration : les prisonniers sont dtermins poursuivre leur mouvement et les organisations de la rsistance sont prtes riposter.

Le mouvement de la grve stend, malgr les mesures punitives de loccupant et le silence complice et mortel des organisations internationales. Alors quil sest fait remarquer par son silence entrecoup de quelques vagues dclarations concernant les prisonniers palestiniens, le CICR a promptement ragi la disparition des colons, reprenant les accusations de lentit occupante contre le Hamas. Cest ce quespre et souhaite loccupant qui attend la boue de secours de la communaut internationale qui ne semble pas lavoir pris trop au srieux jusqu prsent. Il veut faire oublier et taire la voix des prisonniers grvistes, il veut faire oublier ses incursions quotidiennes et ses violations des lieux saints, la destruction du village dal-Araqib pour la 70me fois, les lois racistes quil promulgue, ses crimes rcents Gaza et Ramallah, et faire croire quil est victime, cause de la disparition de trois soldats de loccupation.

Dans son hystrie, loccupant menace de dporter des dizaines de responsables du Hamas et rclame le soutien de la communaut internationale pour toutes les mesures dpuration ethnico-religieuse quil entend entreprendre, en Cisjordanie et dans la ville dal-Quds, sous prtexte de lutte commune contre le terrorisme . Mais cest sans compter sur la rsistance palestinienne qui a dclar tre prte dfendre la population terrorise dal-Khalil, considrant que la dernire vague darrestations ne fait que renforcer sa dtermination poursuivre la lutte.

Par Fadwa Nassar,16 juin 2014


Source : assawra