Le richissime prince saoudien Al-Walid ben Talal lance dimanche, après de nombreux reports, une chaîne panarabe d'informations en continu qui promet l'objectivité face à des concurrentes déjà bien établies.
La diffusion par satellite d'Alarab (les Arabes) commencera dimanche à 13h00 GMT depuis son siège à Bahreïn. Le lancement de cette chaîne en arabe n'a cessé d'être reporté depuis que le prince Al-Walid, neveu du feu roi Abdallah, en a parlé pour la première fois en 2010.
Le directeur général d'Alarab, Jamal Khashoggi, a refusé de révéler le budget de la chaîne, indiquant seulement qu'elle compterait au total 280 personnes dans 30 pays. Le bureau de Riyad sera le plus important avec une vingtaine d'employés.

La première à s'être lancée en 1996 sur ce créneau, la chaîne Al-Jazeera du Qatar, a été concurrencée en 2003 par la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya du groupe MBC, propriété de cheikh Walid al-Ibrahim, parent du feu roi saoudien Fahd. Al-Jazeera et Al-Arabiya ont toutes deux été accusées de refléter les vues de leurs propriétaires notamment après le Printemps arabe et les révoltes contre des régimes autoritaires. Quand le Qatar a été accusé de soutenir les Frères musulmans en Egypte, l'Arabie saoudite a déclaré la confrérie "organisation terroriste", des positions qui se sont reflétées dans les couvertures des deux chaînes.