Une source au ministre de la Dfense nationale est catgorique : Il ny aura pas de militaires algriens le 14 juillet Paris

Depuis une dizaine de jours, des militants du parti extrmiste, le Front national, et des familles de harkis sorganisent en France autour dun collectif pour empcher ce prtendu dfil de troupes algriennes sur les Champs-Elyses.


Prsents ou pas ? Depuis quelques jours, la polmique enfle, notamment en France, propos de la prsence de militaires algriens au dfil du 14 Juillet, jour de la Fte nationale franaise, qui concide cette anne avec la clbration du centenaire du dclenchement de la Premire Guerre mondiale. Si les autorits franaises ont annonc, du bout des lvres, que trois militaires algriens seraient prsents cette crmonie, les autorits algriennes sont plutt nuances.

Aucune prsence algrienne prvue cette crmonie, indique une source du ministre de la Dfense nationale. Il ny a ni dfil militaire ni prsence symbolique, insiste encore notre interlocuteur, qui a requis lanonymat pour sans doute ne pas court-circuiter un ventuel communiqu du ministre de la Dfense.

Depuis au moins une dizaine de jours, des militants du parti dextrme droite, le Front national en loccurrence, et des familles de harkis sorganisent en France autour dun collectif pour empcher le dfil de troupes algriennes aux Champs-Elyses. Lagitation de ces nostalgiques de lAlgrie franaise et autres rvisionnistes ne vient pas ex nihilo. Tout commence par une dclaration du ministre franais de la Dfense, Jean-Yves le Drian. Cest une preuve que nous sommes entrs dans une phase pacifie avec lAlgrie, indique de son ct le ministre franais de la Dfense, cit par lAFP.

M. Le Drian, qui sest rendu en Algrie le 20 mai, sest fait confirmer par les autorits algriennes leur volont historique dy participer, dit-on galement. Mais tout comme la partie algrienne, les Franais eux-mmes sexpriment dans lanonymat. Seul le ministre franais des Anciens combattants, Kader Arif, est all dans le dtail. Mais lAFP prcise que cest travers son entourage que le ministre sexprime. 173 000 combattants qui habitaient lAlgrie sans distinction de confession sont venus combattre pendant la Guerre 14-18. 23 000 ont t tus, la France reconnat le sacrifice de leurs pres et de leurs grands-pres, a-t-il argument.

Par ailleurs, il ne faut pas mlanger les conflits, il ne sagit pas de la guerre dAlgrie, ajoute le ministre. Ce dernier prcise galement, par le biais de son entourage, que 80 autres pays ayant particip la Premire Guerre mondiale ont galement t invits cette anne par le prsident de la Rpublique franaise.

Du ct de la socit civile algrienne, seul le secrtaire gnral de lOrganisation nationale des moudjahidine, Sad Abadou, est sorti de sa rserve. Lancien ministre des Moudjahidine refuse toute manifestation de militaires algriens ct de soldats de lancienne puissance coloniale. Il na jamais t question de prsence de soldats algriens au dfil de la Fte nationale franaise. Le sujet ne doit mme pas tre abord tant que le sujet de la criminalisation du colonialisme nest pas rgl, a indiqu Sad Abadou au journal arabophone El Khabar.

On pourra imaginer un dfil militaire ensemble lorsque lancienne puissance coloniale prsentera ses excuses pour les crimes commis en Algrie, a-t-il ajout. Une tempte dans un verre deau ?

En tout cas, cette polmique prouve encore que le sujet de la mmoire reste toujours problmatique dans les relations entre les deux pays.

Ali Boukhlef - El Watan