Sur instruction du DRS
La presse ne parle plus de la maladie de Bouteflika !

Depuis la soit-disant réélection de Bouteflika pour un quatrième mandat, la presse algérienne ne parle plus de la maladie du tyran d’El Mouradia. Aucun mot sur sa maladie. Bouteflika est laissé tranquille. Le mondial est venu à point nommé pour faire oublier aux algériens l’incapacité physique et psychologique de Bouteflika de gérer l’Algérie.

Depuis la soit-disant réélection de Bouteflika pour un quatrième mandat, la presse algérienne ne parle plus de la maladie du tyran d’El Mouradia. Aucun mot sur sa maladie. Bouteflika est laissé tranquille. Le mondial est venu à point nommé pour faire oublier aux algériens l’incapacité physique et psychologique de Bouteflika de gérer l’Algérie.

Les journaux et tous les autres organes de la presse algérienne sont instruites par le DRS de ne plus faire allusion à la maladie de Bouteflika. Même la presse française, curieusement, ne parle plus du chef de l’Etat Algérien. Il semblerait que la presse Algérienne et celle d’hexagone obéissent à un même chef. « Nos rédacteurs en chef nous demandent de ne plus écrire sur Bouteflika. Et lorsqu’on propose ce sujet, ils refusent et nous proposent d’autres articles. Une fois j’ai rédigé un bon article sur la santé de Bouteflika, on a refusé de le publié sans aucune explication », nous a déclaré un journaliste d’un quotidien francophone à grand tirage.

Le même constat est fait par d’autres journalistes de la presse écrite algérienne. Le DRS qui gère à sa guise la presse en Algérie à partir de la tour de Bouzaréah à Alger ne laisse rien au hasard. Les journalistes connus pour leurs positions politiques hostiles au régime sont marginalisés par leurs responsables. Ils restent frustrés devant le bon nombre de révélations qui ne peuvent pas étaler dans la presse sur les corruptions dans lesquelles sont impliquées des hauts responsables de l’armée des membres des clans présidentielle.

Tamurt...info