Après avoir notamment pris Mossoul et Tikrit, les jihadistes de l'EIIL veulent mettre la main sur la plus grande raffinerie du pays.



L’insurrection s’étend encore. Les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont lancé mercredi l’assaut sur la raffinerie de Baïji, la plus importante d’Irak.

«Les combattants de l'EIIL ont hissé l'étendard du groupe sur un complexe», a affirmé un employé. Mais l’armée irakienne, appuyée par l’aviation, les empêchait ce soir de mettre la main sur le site entier, et des combats faisaient rage entre les deux camps.

En prenant le contrôle des raffineries, les insurgés, qui ont déjà pris Mossoul, pourraient revendre le pétrole et grandement se renforcer avec l’argent récolté. Et ce scénario pourrait également affaiblir l’Etat irakien, et le reste du monde.

Deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Irak détient en effet plus de 11% des réserves présentes dans le monde et produit près de 3,4 millions de barils par jour. Heureusement, mise à part la raffinerie de Baïji et quelques autres, la majorité de la production irakienne de pétrole est située dans le Sud, loin de l'offensive des insurgés.

Direct Matin