Face la Core du Sud, Coach Vahid a promis de changer
de tactique : Lquipe voluera en 11-0-0
11 dans la cage de MBolhi
avec ordre de ne pas en bouger !

Y a un secteur o tu ne peux pas tricher ! Dans un tas dautres secteurs, tu peux tricher, tu peux maquiller. Prends les travaux publics et cette fameuse autoroute Est-Ouest. Tauras beau mettre des drapeaux partout le jour de linauguration dun tronon de quelques kilomtres, donner voir un revtement que tu compareras un billard, quelques semaines aprs, les premires lzardes apparatront et les usagers dcouvriront larnaque. Mais bon, tu auras quand mme russi tricher en taccordant quelques jours de gloire. Par contre, dans le secteur de la sant, tu ne peux pas tricher ! Cest impossible. Aucun drapeau, ft-il le plus rutilant et le plus claquant au vent, ne saurait masquer la laideur intrieure du pavillon sur le fronton duquel il est accroch. Cest comme a ! Soit tes en mesure de soigner correctement, soit cest la cata. Aujourdhui, la sant en Algrie, cest une petite arme de hros. Le mot te semble fort ? Peut-tre. Cest pourtant celui que jai choisi pour ces infirmires, ces infirmiers, ces mdecins et ces professeurs qui accomplissent tous les jours des miracles de sant publique dans des lieux nayant aucun lien ou si peu avec la sant. Je ne dis pas que tous ces corps de mtier sont exempts de reproches. Non ! Mais dans son ensemble, dans son immense ensemble, le corps mdical et lexercice de la profession de soignant relvent de lhrosme. Jai eu aller dans des bureaux de profs mrites, reconnus internationalement pour leurs comptences. Et tout le temps de ma prsence en ces lieux, face eux, je navais quune envie : quitter vite ces bureaux tellement leurs plafonds taient sur le point de cder. Je suis mme interloqu par le fait quil puisse encore exister des paramdicaux et des mdecins pour exercer en Algrie ! Toi, le matin, quand tu te rveilles, tu dis je vais au travail Normal ! Que doit dire un mdecin de CHU au saut du lit ? Je vais sur le champ de bataille, en esprant limiter le nombre de morts ! On en est l, aujourdhui, dans lAlgrie du mgaprojet dune mosque pharaonique pour Abdekka. Cest--dire que lon ne peut mme plus invoquer la crise et le manque dargent pour tenter de justifier nos mouroirs hospitaliers. Alors oui ! Quand on en est l, juste l dans le pays des 200 milliards de dollars qui dorment quelque part, vous comprendrez aisment que jaccole sans hsiter une seconde le terme de hros nos soignants. Je fume du th et je reste veill, le cauchemar continue.
H. L.