Rsultats de 1 2 sur 2
  1. #1
    Inscrit
    juin 2014
    Messages
    3 221
    Messages Remercis / Apprcis
    Pouvoir de rputation
    43

    Le Maroc a dmarr lanne 2015 sur de meilleures bases budgtaires (OGB)

    Le dficit budgtaire, relve un rapport de Oxford Business Group, a recul pour stablir 5,4% du PIB, aprs un taux record de 7,3% en 2012, consquence de dpenses sociales plus leves, et de la persistance de limpact des prix levs du ptrole et dune demande dexportation infrieure la normale .
    Daprs les estimations, lconomie du Maroc aurait enregistr une croissance denviron 3% en 2014, grce des exportations automobiles et lectroniques en hausse de plus dun quart au cours des onze premiers mois de lanne et un gouvernement parvenu matriser les dpenses publiques. Par contre, les mauvaises conditions climatiques ont affaibli la production agricole, augmentant limportance des importations alimentaires.

    La croissance conomique marocaine a ralenti au quatrime trimestre, stablissant un taux de croissance annuel de 2,7%, selon des donnes officielles publies dbut janvier. Selon les prvisions du FMI et de la Banque Mondiale, la croissance du PIB serait de 3% en 2014. Le royaume compte toutefois sur une augmentation de ce taux en 2015 lorsque la production agricole repartira la hausse. De plus, la baisse des dpenses nergtiques et lamlioration de la balance commerciale devraient contribuer faire dcoller la croissance du PIB, qui devrait atteindre 4,4% en 2015 daprs le gouvernement.
    Le pays a dmarr lanne 2015 sur de meilleures bases budgtaires. Le dficit budgtaire a recul pour stablir 5,4% du PIB, aprs un taux record de 7,3% en 2012, consquence de dpenses sociales plus leves, et de la persistance de limpact des prix levs du ptrole et dune demande dexportation infrieure la normale. En 2013, le gouvernement a adopt une politique de rduction des dpenses, procdant une coupe dans les subventions, descendues 4,7% du PIB, et rduisant ses dpenses en matire de salaires et de retraites.

    Des perspectives prometteuses
    Ces perspectives plus prometteuses sont en partie attribuer des facteurs exognes. Important plus de 90% de ses besoins nergtiques, le Maroc a profit de la rcente chute des prix mondiaux du ptrole, une tendance qui devrait se confirmer. Les dpenses nergtiques ont baiss de 8,3% en glissement annuel entre janvier et novembre 2014, atteignant 85,4 milliards de dirhams (7,57 milliards deuros).
    En dcembre, la banque centrale marocaine, la Bank Al Maghrib, a pris la dcision indite dabaisser son taux directeur deux fois en deux runions conscutives, dans lespoir dencourager les prts. Le taux directeur a t rduit de 25 points de base en septembre et en dcembre, et stablissait donc 2,5% la fin de lanne 2014.

    Ambitions africaines
    Des prts la hausse contribueront stimuler la croissance dans le secteur financier marocain, qui a dj fait lobjet dune srie de rformes en 2014. En novembre par exemple, le parlement a donn son approbation dfinitive au projet de loi de finance islamique, attendu de longue date, qui permettra la cration de banques islamiques et offrira aux entreprises prives la possibilit dmettre des sukuk une dcision qui a dj attir lattention de plusieurs banques du Golfe.

    Tandis que le march intrieur dveloppe son offre, un certain nombre dinitiatives cherchent tirer parti des liens que possde le pays avec des marchs africains croissance rapide. Le dveloppement de Casablanca Finance City (CFC) combinaison dune zone spciale et dun quartier financier - contribue attirer de nouveaux financements et largir linfluence rgionale du secteur. La zone, qui entre autres objectifs vise drainer des capitaux vers les marchs dAfrique de lOuest, a officiellement ouvert ses portes en 2013 et 60 entreprises se sont vu accorder le label CFC, parmi lesquelles un certain nombre dinstitutions financires et de prestataires de services professionnels trangers. Le nombre dentreprises labellises devrait passer 100 dici fin 2015.

    A bien des gards, CFC sinscrit dans le droit fil dune tendance croissante dans le secteur des services financier au Maroc, qui a vu un nombre toujours plus lev dinstitutions acqurir ou ouvrir des filiales en Afrique de lOuest. Les trois plus grandes banques du Maroc, Attijariwafa Bank, la Banque Centrale Populaire (BCP) et BMCE Bank, ont toutes lanc de nouvelles oprations du Sngal au Gabon ces dernires annes, profitant notamment des efforts dploys par le gouvernement pour renforcer les liens bilatraux. Le chef de lEtat, le Roi Mohammed VI, accompagn dune importante dlgation dhommes daffaires, a effectu en mars un voyage de trois semaines qui la men au Mali, en Cte dIvoire, en Guine et au Gabon, au cours duquel il a sign plusieurs accords de joint-venture en matire de coopration conomique.

    Richesses naturelles
    Mais les banques et les compagnies dassurance ne sont pas les seules, loin de l, consolider leurs liens avec les marchs sub-sahariens. Le gant marocain des phosphates, lOffice Chrifien des Phosphates (OCP), prpare son expansion dans la rgion avec une usine dengrais Jorf Lasfar. Dun cot de 600 millions de dollars, elle sera entirement ddie aux ventes vers le march africain.
    Les prix des phosphates devraient rester volatiles en 2015 en raison dune production mondiale excdentaire, mais lOCP poursuit une campagne dinvestissements qui se chiffre 145 milliards de dirhams (12, 86 milliards deuros) jusqu 2025, ce qui devrait permettre au pays dtre bien plac lorsque les prix repartiront la hausse.

    Les phosphates reprsentent traditionnellement 10% du PIB marocain et, avec la lgre reprise des prix en 2014, lOffice Chrifien des Phosphates (OCP) a enregistr des ventes solides au troisime trimestre, entranant une augmentation des recettes totales au cours des neuf premiers mois de 2014 hauteur de 3% en glissement annuel, pour stablir 3,7 milliards de dollars. Cette hausse sexplique en grande partie par le boom des ventes dengrais transforms, qui ont grimp de 63% en glissement annuel, atteignant 1,5 million de tonnes au troisime trimestre.
    Les compagnies ptrolires internationales ont acclr lexploration des rserves inexploites, mais aussi incertaines, de loffshore marocain. Le forage dau moins dix puits offshore est prvu entre 2014 et 2016, soit deux fois plus quau cours des dix dernires annes, mme si certaines compagnies ont obtenu de meilleurs rsultats sur des blocs onshore, comme par exemple Circle Oil qui a annonc mi-dcembre une dcouverte de gaz considrable sur son permis onshore de Sebou.
    Maghreb Emergent
    bienvenue sur MaghrebStar

    vous devez tre enregistr pour pouvoir voir le lien ou le contenu cach!

    inscrivez vous sur MaghrebStar ici:maghrebstar.com/register.php?

  2. #2
    Inscrit
    janvier 2015
    ge
    53
    Messages
    268
    Messages Remercis / Apprcis
    Pouvoir de rputation
    4
    merci pour l information

Sujets similaires

  1. Gant GN2500HD qui dmarre et reste bloqu sur BOOT
    Par lefa57 dans le forum Entraide Gant
    Rponses: 3
    Dernier message: 01/09/2017, 18h34
  2. Les meilleures applications d'aide la conduite sur Android
    Par florange19 dans le forum Applications Premium Android gratuites
    Rponses: 18
    Dernier message: 07/01/2017, 22h52
  3. Les bases de donnes NoSQL et le Big Data [2015]
    Par sindbad001 dans le forum Astuces informatique
    Rponses: 0
    Dernier message: 01/05/2015, 21h51
  4. Fin danne trs mitige pour le tourisme au Maroc
    Par redond dans le forum Maroc Actualits
    Rponses: 2
    Dernier message: 08/02/2015, 20h39

Liens sociaux

Liens sociaux

Rgles des messages

  • Vous ne pouvez pas crer de sujets
  • Vous ne pouvez pas rpondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas diter vos messages
  •