Guerre en Irak : Les forces kurdes tuent un Marocain, chef d’Al Qaida, à Kirkouk

L’organisation l’Etat islamique en Irak et au Levant réalise, depuis quelques jours, une progression rapide dans le nord de l’Irak. Les combattants marocains sont fortement engagés dans cette nouvelle guerre, lancée par les donneurs d'ordre du jihad international. Ils forment l’essentiel des hommes suicides d’EIIL. Aujourd’hui, un dirigeant marocain de la branche armée d’Al Qaida a été tué par les forces kurdes.

Après la Syrie, les jihadistes marocains ont mis le cap sur l’Irak. Sous la bannière de l’organisation terroriste l’Etat islamique en Irak et au Levant, ils combattent les troupes de Bagdad et de la province autonome du Kurdistan. Sur le terrain, leur apport est très déterminant.
Ce dimanche, les nouvelle en provenance de ce front lancé par EIIL annonce le décès dans la province de Salaheddine du Marocain « Abou Doujana », présenté comme un des plus célèbres dirigeants de l’antenne d’Al Qaida. Avant son décès, il était à la tête des troupes qui combattaient les forces kurdes à Kirkouk. Sa tête était mise à prix par les autorités de Damas et de Bagdad.
Les Marocains très engagés dans la guerre en Irak
Cette rapide progression en Irak, EIIL la doit en grande partie aux bombes humaines en provenance du royaume chérifien. Durant les derniers jours, les combattants marocains ont mené plusieurs opérations suicides, ciblant essentiellement des positions très importantes de l’armée irakienne à Tikrit, la ville natale de Saddan Hussein, Mossoul et Beiji, causant des dizaines de morts dans les rangs de l’armée du chef de gouvernement Nouri Al Maliki.
Des attentats qui ont permis de baliser le terrain aux troupes d’EIIL pour avancer sur le terrain. Des médias arabes parlent même de l’existence d’une « katiba » de Marocains spécialisée dans les opérations suicides.
Ce n’est d’ailleurs pas un fait nouveau. En Syrie, les nationaux avaient mené plusieurs actes de ce genre. En Irak, c’est un Marocain originaire de Tétouan qui avait causé, en été 2003, le plus grand nombre de morts parmi les soldats italiens depuis la Seconde guerre mondiale. Ils s’étaient fait exploser à la station pétrolière Nassiriya alors sous contrôle des militaires de Rome.
Ce fort engagement des jihadistes marocains en Irak ne fait que confirmer les rapports américains qui ont fait état de la présence d’environ 1500 combattants dans les rangs de EIIL, occupant ainsi la 3ème place des nationalités au sein de l’antenne d’Al Qaida.
Mohammed Jaabouk