Yahya Yahya (natif de Melilla) ancien maire de Beni Enzar, dans le nord-est du Maroc, sénateur au sein de la deuxième chambre du Parlement Marocain, et président du Comité pour la libération de Sebta et Melilla, a annoncé, il y a quelques heures, qu'il démissionnerait de ses fonctions le lundi 16 juin 2014.

Jeudi 12 juin, le tribunal de première instance de Nador a condamné Yahya Yahya (un patriote, un activiste Marocain) à trois mois de prison et une amende de 1 000 dirhams (90 euros) pour avoir participé en Novembre 2012 à une manifestation (anti-coloniale) "sans au préalable en demander la permission auprès des autorités compétentes " . :

Yahya, qui avait accusé le gouvernement marocain d'"hypocrisie", s'est excusé auprès du gouvernement et auprès du peuple espagnol pour les "désagréments causés", il a également annoncé qu'il renonçait à son militantisme concernant les villes "occupées" de Ceuta et Melilla.

Yahya Yahya a également ajouté, tout en rappelant le cas de Saïd Chramti, l'un des activiste du "Comité pour la libération de Sebta et Melilla" condamné en mai dernier par le tribunal de Nador à une peine de 18 mois de prison ferme pour trouble à l'ordre public et violence sur des policiers espagnols, qu'ils étaient passés "de héros de la Patrie à criminels".
13 membres du "Comité pour la libération de Sebta et Melilla" sont actuellement poursuivis par la justice marocaine.

Le comité a mené plusieurs actions de grande envergure comme l'occupation pendant des heures d'îlots marocains (occupés par l’Espagne) ou l'amputation du bras droit de la statue de pedro de estopiñán (Melilla).

bladi