Nazim Mekbel : Le travail contre loubli va se poursuivre

Selon les membres de cette organisation, notre histoire et la mmoire de nos victimes se trouvent menaces par des lois abjectes.

Ajouad Algrie Mmoires, ne dun cri de douleur et de colre, a aujourdhui 4 ans. Cre en 2010 par des familles des victimes du terrorisme islamiste, sous limpulsion de Nazim Mekbel, fils du regrett confrre du Matin, Sad Mekbel, assassin en dcembre 1994, lassociation commmore la journe du 22 mars, en souvenir des marches populaires organises en mars1993 et mars 1994. Le nom donn lassociation renvoie El Ajouad (les gnreux ou les justes), une pice thtrale du dramaturge Abdelkader Alloula (avec laccord de son pouse), assassin au dbut des annes 1990.

Lassociation sest donn pour mission de perptuer et dhonorer la mmoire de ceux et celles, connus et inconnus, qui sont morts sous les coups de la folie meurtrire des intgristes.

Dans sa charte publie ds sa cration, on peut lire : Face au drame qui na pargn aucune famille, Ajouad Algrie Mmoires veut clbrer lhonneur et la dignit de ceux et celles qui ont t assassin(e)s, violes, kidnapp(e)s, en refusant loubli de ses victimes et en luttant contre la falsification de lhistoire de son pays. Il y est galement indiqu : Quils soient crivains, journalistes, mdecins, professeurs ou ingnieurs, quils soient policiers, militaires, pompiers, lycens ou bergers, ils font partie du patrimoine humain de lAlgrie. Ils ont exist et ont laiss une histoire derrire eux. Cette histoire est celle de lAlgrie, celle de tout un peuple.

Chaque anne, lassociation organise des activits lies la lutte contre lamnsie, destines rendre hommage aux 200 000 victimes du terrorisme, lutter contre les effractions psychiques et les douleurs profondes, essayer de faire ses deuils multiples, afin de raccommoder les fils du lien social ou parental. Sans pour autant oublier de tmoigner sur le rle dcisif jou par les Patriotes et les groupes dautodfense dans la lutte antiterroriste. Selon les membres de cette organisation, notre histoire et la mmoire de nos victimes () se trouvent menaces par des lois abjectes, rfrence faite toutes ces politiques de la rahma, de la concorde civile et de la rconciliation, qui auraient profit aux terroristes islamistes/commanditaires et empcheraient toute recherche de vrit sur ce dramatique pass. Ils insistent sur le travail mmoriel qui, expliquent-ils, est un devoir, un acte de refus de cette amnsie institue et pour que lAlgrie puisse se donner un avenir, dans lequel la violence sera dlgitime.

Aujourdhui, Ajouad Algrie Mmoires, prsente dans diffrentes rgions du pays, en particulier dans des villes et communes durement touches par le terrorisme durant la dcennie noire, ainsi qu ltranger (France et Canada), participe au travail contre loubli dj en cours, pour remettre jour les uvres dune lite sacrifie, mais aussi le vcu de tout un peuple. Concrtement, elle sest mobilise pour rassembler les noms et les photos des victimes, personnalits ou anonymes, inscrire les circonstances de leur assassinat et constituer une base de donnes (informations) pour laisser des traces aux gnrations futures.

Pourquoi ces gestes en direction des anciens du FIS ?

Ldition de cette anne a t ddie la mmoire de la lycenne Katia Bengana, 16 ans, native de Fenaa et assassine Meftah en 1994, pour avoir tenu tte aux intgristes et refus de porter le voile.

Un mois plus tard, dans lambiance de llection prsidentielle, Nazim Mekbel, sexprimant au nom dAjouad Algrie Mmoires, a fait savoir, dans une dclaration rendue publique, que la dmarche du pouvoir en matire de rconciliation vise le ddouanement complet des terroristes et ouvre la voie au retour du FIS. Plus rcemment, le fils de lancien billettiste du Matin, que nous avons sollicit via Facebook, na pas fait montre dtonnement en apprenant que des ex-cadres du FIS dissous et lancien mir de lAIS ont t invits aux consultations du pouvoir, pour dbattre du projet de rvision de la Constitution. Je vous rappelle quil y a eu la rahma sous Zeroual, ensuite la concorde civile en 99, puis le rfrendum pour lamnistie en 2005 et maintenant la modification de la Constitution. Donc la dmarche qui tend prendre en considration les avis des anciens du FIS nest pas tonnante, a-t-il affirm.

Mais, ce qui semble linquiter le plus dans la proposition relative linscription de la rconciliation nationale dans la Loi fondamentale, cest cette volont dtouffer une partie de lhistoire de notre pays. M. Mekbel a estim quau-del de la pseudo-paix sociale recherche, agir de la sorte, cest poser une chape de plomb sur les 200 000 tombes, cest bloquer tout un travail de mmoire, de recherche de vrit, avant de sinterroger sur le pourquoi dun tel arsenal juridique pour ce douloureux pass. Il a galement abord lannonce faite, tout dernirement, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, propos de la leve de linterdiction de sortie du territoire national pour les anciens du FIS dsirant se rendre au hadj, la qualifiant carrment dubuesque. Cette annonce nest quune suite logique de la politique mene depuis 20 ans. Cest donc vident quune amnistie gnrale est venir, a-t-il comment. Doutant que tous ces gestes effectus en direction des islamistes obissent lobjectif de recouvrement de la paix sociale, le reprsentant dAjouad Algrie Mmoires a observ que tout cela fera taire les amateurs du qui-tue-qui, car si les cheikhs du FIS adoptent la mme dmarche que le gouvernement, cela implique queux aussi refusent de chercher la vrit. Sinspirant de certaines anomalies qui font encore la une des journaux et usant dun ton sarcastique, peut-tre pour cacher sa dception, il a ajout : Parions que les anciens terroristes auront bientt leur carte dancien moudjahid.

Plus loin, Nazim Mekbel relvera que quelles que soient la loi vote, la Constitution impose, la socit civile doit continuer faire le travail contre loubli, au nom du droit de mmoire. Comme dernier mot, le fils du clbre Mesmar Jeha fera ce constat regrettable : Au-del des actions de militants chevronns sur le terrain et des rappels avec quelques articles, les partis politiques touchs et les mdias ne commmorent pas leurs victimes. En omettant de le faire, ils ont, eux aussi, leur part de responsabilit.

Hafida Ameyar - Libert